Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

Economie des res derelictae et gestion solidaire des déchets. Les écocycleries, des entreprises d’appropriateurs solidaires (Management & avenir - N°65)

15 pages

Auteurs : Pascal GLEMAIN


La gouvernance des biens communs théorisée par Elinor Ostrom propose une approche institutionnelle de l’étude de l’auto-organisation et de l’autogouvernance dans les situations de ressources communes. Dans la lignée de ses travaux et de ceux qui concernent l’approche institutionnaliste de l’économie des déchets, nous proposons dans le cadre de cet article de comprendre les fondements et les modalités du modèle économique des appropriateurs solidaires, en tant que gestionnaires des res derelictae dans un objectif solidaire de consolidation non seulement d’une activité d’insertion par l’activité économique portée par certaines écocycleries solidaires, mais aussi d’intégration des publics moins favorisés par l’accès à des biens communs d’occasion revalorisés. A leur étude, nous aboutissons à deux enseignements. D’une part, nous disposons d’une innovation socioéconomique territorialisée dans la gestion des déchets. D’autre part, cette innovation participe à la dynamique du dialogue social territorial élargi à la source d’un nouveau modèle de développement local, socialement soutenable, respectueux de l’environnement, mais de plus en plus contraint dans sa dimension économique. 


 

The governance of Common Goods which was theorized by Elinor Otröm learns us about institutional approach of the auto governance and the auto organization when we are in front of common resources status. Following this research path and this which is coming from the institutional approach of the hold-house waste’s economy, we try to understand the fundamentals and the characteristics of the economic model of the solidarity-based appropriate behaviour. Indeed, we demonstrate how best to defend a solidarity-based enterprise to manage the house-hold wastes, not only to integrate people by work in our local society, but to sell that lemon-market based goods for people who are needed about them. To conclude, we are in front of a territorial socio-economic innovation in the hold-house waste economy. And, we can understand what it could be the enlarged social territorial dialog for a new kind of local social sustainable development, even if the economic constraint are more and more difficult to direct. 

15,00 €
Revue Management & avenir
Numéro Management & avenir - N°65
Date de parution Novembre 2013
ISSN 1768-5958

Autres articles du numéro :