Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

Gouvernance d’Internet, gouvernance de Wikipedia : l’apport des analyses d’E. Ostrom sur l’action collective auto-organisée (Management & avenir - N°65)

20 pages

Auteurs : Bernard FALLERY, Florence RODHAIN


Quel pourrait être l’apport des analyses d’E. Ostrom dans le champ de la gouvernance sur Internet ? Nous justifions d’abord notre appel au modèle du choix institutionnel, en montrant que le « système Internet » ne relève plus seulement d’une évidente logique de biens privés et d’une claire logique de biens publics, mais aussi aujourd’hui d’une nouvelle logique « d’appropriateurs » de ressources limitées, au sens de E. Ostrom (et notamment des ressources énergétiques et environnementales). Nous analysons ensuite la gouvernance de l’institution Internet comme un régime de légitimité faible (associant autorégulation libertaire, co-régulation normative et multi-régulation organisée), puis la gouvernance du collectif Wikipedia comme un régime de consensus approché (associant vigilance mutuelle, régulation des conflits et sanctions graduées). Les analyses d’E. Ostrom sur les systèmes auto-organisés permettent enfin de justifier pour Internet la légitimité du contrôle local (à chacun des trois niveaux de règles que distingue E. Ostrom : choix opérationnels, choix collectifs et choix constitutionnels) et la nécessaire réflexivité des choix (dans ce que E. Ostrom appelle les multiples arènes locales, où s’élaborent ces règles). 


 

What could be the contribution of Ostrom’s analysis in the field of Internet governance? We first justify our appeal to the model of institutional choice, showing that the Internet system is no longer just in an obvious logic of private property and in a clear logic of public goods, but now in a new logic of appropriating limited resources, as defined by E. Ostrom (including energy and environmental resources). We then analyze the Internet governance institution as a regime of low legitimacy (combining libertarian self-regulation, normative co-regulation and organized multi-regulation) and the governance of Wikipedia as a collective consensus system approach (involving mutual vigilance control of conflicts and graduated sanctions). Ostrom’s analysis on self-organizing systems can finally justify the legitimacy of local control for the Internet (operational decisions, collective choice and constitutional choice) and the necessary reflexivity for the choices (in what Ostrom called multiple local arenas where these rules are developed). 

15,00 €
Revue Management & avenir
Numéro Management & avenir - N°65
Date de parution Novembre 2013
ISSN 1768-5958

Autres articles du numéro :