Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

La financiarisation est-elle un vecteur majeur d’avènement d’une « société du risque » ? (Management & avenir - N°48)

14 pages

Auteurs : Nicolas DUFOUR


Dans le cadre d’une démarche hypothético-déductive, il s’agit de présenter les fondements d’un cadre conceptuel, la « société du risque », au travers de la théorie de la structuration d’A. Giddens. Ce cadre d’analyse, envisagé comme une conséquence de la modernité, est transposé au contexte de la financiarisation afin de déterminer si la finance moderne contribue à l’avènement d’une « société du risque ». L’omniprésence du financier dans la vie économique a fait de la confiance un marché à part entière et de son corollaire, le risque, une matière première et un levier de création de valeur, source d’opportunités. Ce marché de la confiance valide l’herméneutique de la société du risque en ce sens que la finance coïncide avec les mécanismes de la modernité. La dernière crise nous enseigne que ces jalons de la confiance étant devenus inopérants, l’idéal-type de l’homo faber triomphant par la maîtrise de son environnement, la technè au sens d’Hans Jonas, se trouve invalidé au profit d’une autre figure, l’homo vulnerabilis, par principe évoluant dans un axiome de rationalité limitée, soit l’individu en proie à l’incertitude et la vulnérabilité. On constate que le monde financier présente les prérequis en faisant un vecteur de la « société du risque ». Une telle représentation suppose toutefois une compréhension de cet environnement pour, au-delà de la méfiance liée à l’ignorance, ne pas être une simple perception du risque. 


 

The idea presented, based on a hypothetical and deductive approach, has for objective to show a conceptual framework, the Risk Society, from the angle of structuration theory of A. Giddens. It clarifies the Risk Society as a consequence of the modernity. This scheme of analysis replaces finance to determine if it contributes to the emergence of the Risk Society. The omnipresence of finance in economics converts trust into a market where the corollary risk becomes a commodity, presented as a leverage of value and an opportunity. Trust market validates the theory of the Risk Society because the mechanisms of modernity tally with finance. The latest crisis shows us that the handrails of trust are ineffectives. The epitome of modern individual, the homo faber, in triumph thanks to the technical knowledge, according to Hans Jonas, gives way to the homo vulnerabilis, based on bounded rationality, uncertainty and vulnerability. We notice that financial sector has the requirements to be a vector of the Risk Society. This vision supposes a comprehension of the environment to avoid a global distrust linked to the ignorance in risk perception. 

15,00 €
Revue Management & avenir
Numéro Management & avenir - N°48
Date de parution Octobre 2011
ISSN 1768-5958

Autres articles du numéro :