Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

Maux et mots du droit. Quel avenir pour la responsabilité sociétale face à la gouvernance de la firme ? (Question(s) de management (n°16))

10 pages

Auteurs : Ivan TCHOTOURIAN


Alors que le risque est de plus en plus présent dans la littérature en matière de gouvernance d’entreprise, c’est sous un angle original que ce papier se propose de l’aborder : un angle juridique. L’objet de la présente étude se concentre sur le risque de sémantique attaché à la traduction par équivalent du mot « corporate » de l’expression corporate governance. Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’avènement du mot « entreprise » dans la littérature de gouvernance, les juristes ont traduit le mot « corporate » par « firm » dans les normes qu’ils ont consacrées. Or, cette traduction entraîne des conséquences juridiques importantes en raison du problème de valeur dont cette traduction est la source. Parmi ces conséquences, figure le fait que la responsabilité sociétale est privée d’un précieux allié pour donner corps à ses préconisations : l’entreprise en tant qu’institution. Le risque de cette traduction par équivalent entraîne un problème de valeur attachée au cadre de réflexion théorique de la gouvernance d’entreprise. L’assimilation de « corporate » en « firm » doit être remise en cause non seulement pour que la responsabilité sociétale ne soit pas un voeu pieux, mais encore parce qu’il existe des arguments solides sur le terrain juridique qui demeurent malheureusement trop en marge de la dogma dominante. 


Troubles with juridical translation: what future for CSR within the firm governance? 

As the concept of risk is the subject of a growing interest in the corporate governance literature, it is from a different perspective that this paper addresses it: a legal perspective. This study focuses on the semantical risk of the word-for-word translation of the term “corporate” in corporate governance. Contrary to what may be inferred from the emergence of the term “corporate” in governance literature, jurists translated the word “corporate” by the word “firm” in the development of legal standards. Yet, this translation causes important legal consequences due to the problem of meaning which this translation is the origin. Among those legal consequences is the fact that corporate responsibility is deprived of a valuable ally to support its precepts: a corporation as an institution. The risk of this word-for-word translation raises a problem of meaning tied to the theorical framework of corporate governance. The equilization of the term “corporate” and the term “firm” has to be questioned not only to disassociate corporate responsibility from wishful thinking but also to put forward some important legal assertions which remain unfortunately outside the dominating dogma. 

15,00 €
Revue Question(s) de management
Numéro Question(s) de management (n°16)
Date de parution 2017
ISSN 2262-7030
Nombre de pages 166 pages
Format 210x297 mm

Autres articles du numéro :