Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

De quoi les rapports intégrés sont-ils le nom ? (Question(s) de management (n°26))

12 pages

Auteurs : Patrice TERRAMORSI


Bien que proposés par près de 80 % des plus grandes sociétés mondiales (KPMG, 2018), les rapports intégrés restent peu questionnés et leurs conséquences demeurent largement méconnues (Dumay, Guthrie et Demartini, 2016). Or, la production de ces rapports, réunissant informations financières et extra-financières est susceptible, à travers la mise en discours d’un ensemble d’objectifs, d’instruments d’analyse et d’action, d’influencer la manière dont les entreprises conçoivent et entendent gérer leurs interactions avec la société (Gond, Igalens et Brès, 2013). Cet article propose de participer à une meilleure compréhension de l’acte de gestion que représente la production de rapports intégrés en apportant des éléments de réponse à deux questions principales : Quelle réalité recouvre la production de rapports intégrés ? Dans quel courant théorique celle-ci s’inscrit-elle ? Pour cela, une proposition de caractérisation de la logique intégrative sera exposée dans une première partie. Revenant sur son origine, son développement, ses principes, elle établira une filiation avec les travaux portant sur la théorie positive de la comptabilité (Watts et Zimmerman, 1978, 1979, 1990) et distinguera la logique intégrative des théories de la responsabilité sociale de l’entreprise. Les résultats d’une analyse du contenu des rapports annuels des sociétés du CAC 40 publiés en 2017 seront par la suite présentés. Réalisée à l’aide des logiciels Nvivo11 et Tropes 8.5, cette étude permettra de comprendre le processus d’opérationnalisation de la logique intégrative. Enfin, les limites et les conséquences de ce qui apparait comme un nouveau mode de gestion des relations entre entreprises et société seront discutés. 


The meaning of integrated reports 

Proposed by nearly 80% of the world’s largest companies (KPMG, 2018), integrated reports remain largely unquestioned and their consequences remain unknown (Dumay, Guthrie and Demartini, 2016). However, the production of these reports, which combine financial and non-financial information, can, through the discourse of a set of objectives, analytical and action tools, influence the way in which companies conceive and intend to manage their interactions with society (Gond, Igalens and Brès, 2013). This article proposes to contribute to a better understanding of the management act of integrated reporting by providing answers to two main questions: What is the reality of integrated reporting? In which theoretical current does it fit? To this end, the first part will present a proposal for the characterization of integrative logic. Returning to its origin, development and principles, it will establish a link with the work on the positive theory of accounting (Watts and Zimmerman, 1978, 1979, 1990) and will distinguish integrative logic from theories of corporate social responsibility. The results of an analysis of the content of the annual reports of CAC 40 companies published in 2017 will be presented later. Conducted using Nvivo11 and Tropes 8.5 software, this study will help to understand the process of operationalizing integrative logic. Finally, we will discuss the consequences of what appears to be a new way of managing the relationship between companies and society. 

15,00 €
Revue Question(s) de management
Numéro Question(s) de management (n°26)
Date de parution 2019
ISSN 2262-7030
Nombre de pages 176 pages
Format 210x297 mm

Autres articles du numéro :