Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

Circularités maussiennes dans une structure d’engagement. Une lecture du fonctionnement socio-organisationnel du Conseil de la Jeunesse du 10e Arrdt. (Question(s) de management - N°1)

16 pages

Auteurs : Maria Giuseppina BRUNA


Mobilisant une perspective maussienne enrichie des apports de la sociologie et du management des organisations, cet article se propose d’explorer le fonctionnement socio-organisationnel du Conseil de la Jeunesse du 10e Arrondissement de Paris (CJ10) en tant que structure d’engagement reposant sur l’articulation féconde de deux cycles de don liant respectivement la Municipalité aux membres-jeunes et les jeunes entre eux. S’appuyant sur un terrain d’enquête pluriannuel concernant les logiques d’engagement au sein du Conseil, ses mécaniques organisationnelles ainsi que son insertion dans l’édifice parisien de la démocratie locale, cette recherche interroge le système-don en tant que substrat social et symbolique au fonctionnement du CJ10. Pour ce faire, elle mobilise la littérature consacrée aux relations de don se déployant, à l’échelle intra-organisationnelle, au sein des sociétés modernes ainsi que les apports de la sociologie et du management des organisations. Encastré dans l’Institution municipale, le CJ10 se construit autour d’un triple engagement : civique des membres-jeunes, politique des élus et professionnel des animateurs-salariés. La mobilisation du paradigme maussien permet d’éclairer la structure des relations entre membres-jeunes: régies par des logiques d’amitié collaborative ou de collaboration amicale, elles relient des collectivités et non pas des individualités autour d’un système d’échange généralisé au sein duquel circulent des ressources diverses en nature et quantité (informations, conseils, gratifications symboliques, reconnaissances…). Le système-don liant les membres-jeunes repose sur une forme de réciprocité indirecte (élargie et différée dans le temps) dont la logique sociale échappe au principe de l’équivalence monétaire. Il s’enracine dans une dynamique créatrice d’endettement mutuel positif par laquelle le réinvestissement par chacune des parties de son engagement est condition de perpétuation du cycle du don et de viabilité socio-organisationnelle du Conseil. Si la fondation du CJ10 par décision unilatérale de la Municipalité peut se lire comme un don de citoyenneté, c’est que ce don premier a impulsé le déploiement de cycles de dons/contre-dons reposant sur des dynamiques de réciprocité élargie et différée entre la communauté des jeunes et l’Institution. Tirant sa légitimité symbolique d’un transfert de sacralité de la part de l’Institution, le Conseil fonde sa stabilité et sa durabilité sur une dynamique d’endettement mutuel positif où la reconnaissance par l’Institution devient pour les jeunes un vecteur de réengagement. Reposant sur un principe d’égalité, le CJ10 expérimente, par la négociation délibérative, une forme de démocratie participative « implicationniste et responsabilisante ». Aussi se configure-t-il comme un espace d’apprentissage où de jeunes mineurs, souvent issus de l’immigration, expérimentent une citoyenneté active, forgent leur identité et acquièrent des compétences (techniques et globales) valorisables dans leur itinéraire scolaire, universitaire, professionnel, voire militant. Négociant, dans la pratique de la participation, le CJ10 permet ainsi un franchissement maîtrisé des barrières symboliques de l’institutionnel. Dépendant de la motivation individuelle et collective des acteurs, il se configure comme un espace public polyvalent, une sorte d’« espace public primaire » qui s’enracine dans une logique recréatrice d’engagement. Rétive aux hiérarchisations entre jeunes, cette organisation ancrée dans le bénévolat méconnaît les récompenses financières au profit d’une dynamique d’octroi sélectif (collectivement agréé et institutionnellement consacré) de gratifications symboliques. A l’encontre des systèmes pyramidaux, elle donne à voir une forme organisationnelle originale qui interpelle les fondements du management classique et éclaire les substrats profonds de la coopération et de la créativité collective. 


Mauss’s gift-cycle in an engagement structure: investigating the socio-organizational functioning of the 10th Parisian Administrative District Council of Youth 

Following a Mauss’s perspective enriched with contributions from sociological science and organizational management, the present paper is aimed at investigating the social and organisational functioning of the 10th Parisian Administrative District Council of Youth (CJ10), such as an engagement structure which relies upon the fruitful articulation of two gifts-cycles, respectively linking the young people to the Municipality and the youth among themselves. Relying upon a many-year enquiry addressing the commitment logic within the Council, its organizational modes and its embeddedness in the Parisian local democracy structure as well, this research investigates the gift-system as a social and symbolical substrate to the CJ10 operation. To do that, it refers to the open literature devoted to the deployment of gift/counter-gift systems at the interorganisational level within modern societies. Embedded in the Parisian institutional framework, the CJ10 grows on a three-fold commitment: civic from young members, political from representatives and professional from salaried administrators. Referencing to the Mauss’s paradigm allows clearing-up the inner structure of the relationships nested among the young members, which is supported either by collaborative friendship or by friendly collaboration. Linking groups -and not individuals –, these relationships include the young in a generalized gift-exchange system where resources - different in nature and amount - are mutually shared (information, advice, symbolical gratifications, reconnection…). The gift-system linking the young members relies upon an indirect form of reciprocity (enlarged and delayed in time), the social logic of which is fully independent from the monetary equivalence principle. It takes root on a creative dynamics of positive mutual indebtedness through which the individual investment of each party is a mandatory condition for the perpetuation of the gift-cycle and the Council subsistence. Even if the foundation of the CJ10 by unilateral decision from the Parisian Administration can be seen as a gift of citizenship which has boosted the deployment of a gift / counter-gift cycle relying upon an extended and delayed reciprocity dynamics mechanism among the youth group and the Institution. The Council drives its legitimacy from a transfer of sacred power from the Institution and grounds its stability and durability as well on a dynamics of positive mutual indebtedness through which the Institution’s reconnaissance turns-out a re-engagement vector for young people. Embedded on the equality principle, the CJ10 enjoys, through the deliberative negotiation, a form of participative democracy “based on implication and responsibility”. That way, it shows-up a space of training where the teenagers, frequently from immigration, feel an active citizenship, mould their own identity and acquire some technical and personal skills, which can be valuably used in their scholastic, academic, professional route and militant, as well. Through the practice of the commitment and the negotiation, the CJ10 enables young people to cross – in a mastered way - the symbolical barriers of the Institutional. Relying upon the individual motivation of the young people, the CJ10 is to be seen as a polyvalent public space, a kind of primary public space which takes root in a logic which re-engenders commitment. Refusing any hierarchisation among its members, this deeply equalitarian and based on voluntary-work organisation rejects any financial prime and award and cherishes a selective (collectively agreed and institutionally sacred) attribution dynamics of symbolic gratifications. Opposite to the pyramidal organisations, the CJ10 enjoys an original functioning which challenges the conventional management practices and underlines the deep strata of collaboration and collegial creation. . 

Revue Question(s) de management
Numéro Question(s) de management - N°1
Date de parution Décembre 2012
ISSN 2262-7030
Nombre de pages 146 pages
Format 210 x 297 mm

Autres articles du numéro :

De l’engagement au care

Commitment to care

Auteur(s) : Yvon PESQUEUX

11 pages

15,00 €

voir fiche détaillée

Regards croisés sur l'engagement

18 pages

15,00 €

voir fiche détaillée