Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

Entreprendre la flexicurité au niveau « méso » dans les PMO Le rôle clé du porteur de projet (Vol. 25 - 2012 (n°2))

27 pages

Auteurs : Anne ALBERT CROMARIAS


À l’heure où la flexicurité apparaît comme une façon de corriger les dérives liées aux mutations économiques et sociales, celle-ci, largement débattue sur le plan macroéconomique, commence à être envisagée sur le plan microéconomique. Or, pour l’appliquer aux petites et moyennes organisations (PMO), il semble pertinent de proposer une approche méso-organisationnelle, considérant des employeurs fonctionnant en réseau. La recherche s’intéresse, à travers une double lecture en termes de capital social et d’économie de la proximité, à un dispositif concret de flexicurité, pour comprendre et expliquer les modalités de sa mise en oeuvre. Cet article interroge plus particulièrement le caractère entrepreneurial d’une démarche de flexicurité, initiée et mise en oeuvre dans un réseau de PMO, à la fois territorial et sectoriel, pour tenter d’identifier et de caractériser le rôle joué par les développeurs de ces projets. Le secteur sportif apparaît particulièrement pertinent parce que confronté à des difficultés sociales importantes, notamment en termes de précarité de la main-d’oeuvre. Nous nous intéressons en particulier à l’Auvergne : le contrat d’objectifs du sport, récemment signé, encourage notamment la mutualisation des compétences en s’appuyant sur des exemples de groupements d’employeurs (GE). La recherche, mobilisant les outils de l’étude qualitative, s’inscrit dans le cadre d’une approche compréhensive et explicative du fonctionnement de ces GE et des acteurs qui les entourent. Chaque porteur de projet semble agir comme un véritable « entrepreneur » de la flexicurité, tout à la fois pilote et facilitateur de sa mise en oeuvre, apparaissant ainsi comme le « révélateur » d’une proximité organisée entre employeurs. 


 

If flexicurity seems to be a solution to minimize economic and social difficulties, the micro level just begins to be studied. To consider small and medium organizations (SMOs), it seems worthwhile to use a meso-organizationnal approach, where employers constitute a network. This paper uses the theory of social capital and economy of proximity, in order to understand an example of real flexicurity and explain how it works. The entrepreneurial dimension of this flexicurity experiment, implemented in a local network in a specific activity, contributes to identify which key-role is played by those who develop this project. In sport activities, we can observe real social difficulties, especially because of job insecurity. In the French region of Auvergne, the recent “contrat d’objectifs du sport” tries to develop shared competencies based on the example of employers alliances (EA). With a qualitative methodology, we want to understand and explain how these EA work and with which actors. It turns out that each project leader is a true “entrepreneur” to flexicurity while both driver and facilitator of its implementation, thus appearing as the “developer” of organized proximity between employers. 

15,00 €
Revue Revue internationale PME
Numéro Vol. 25 - 2012 (n°2)
Date de parution 2012
ISSN 0776-5436
Nombre de pages 184 pages
Format 155 x 230 mm

Autres articles du numéro :