Apprendre aujourd'hui pour pratiquer demain

suivez-nous sur
s'inscrire à la newsletter
Newsletter Éditions EMS

Se connecter

Mon panier

Une mesure de liquidité pour les PME en croissance (Vol.24 - 2011 (n°3))

29 pages

Auteurs : Yves GROLEAU


L’objectif principal de cet article consiste à développer une mesure de liquidité adaptée à la réalité des PME en croissance (PMEC), mesure testée sur un échantillon longitudinal de 49 entreprises manufacturières québécoises présentant une information financière sur cinq années entre les périodes 1999 et 2006. Une position assez consensuelle identifie la liquidité comme étant constituée des espèces et quasi-espèces majorées de la capacité non utilisée de la marge de crédit bancaire. Par contre, les indicateurs recensés sont souvent incomplets sans donner une mesure précise du niveau de liquidité nécessaire à la capacité de s’acquitter d’un engagement financier, et ce, particulièrement chez les PMEC. Le choix d’un indicateur de liquidité moins exhaustif dans la prise de décision financière risque d’induire en erreur le gestionnaire financier dans l’estimation des liquidités futures, ce qui peut alors mettre en péril l’entreprise. Un indicateur valide constitue alors un enjeu primordial pour les propriétaires-dirigeants de ces entreprises qui désirent s’assurer un développement des affaires harmonieux sans frein ou ralentissement causé par un manque de liquidité. Une analyse de corrélation et des analyses de régression simples et multiples effectuées sur l’échantillon révèlent que la mesure développée, soit le ratio du stock de liquidité (RSL), constitue le meilleur estimateur de la liquidité future des PMEC. Les coefficients de détermination fluctuent entre 47 % et 75 % lorsque le RSL est estimé par le stock de liquidité et les flux de liquidité.Revue internationale P.M.E., vol. 24, nos 3-4, 2011 Les caractéristiques de l’échantillon ainsi que le faible nombre d’entreprises recueillies ne permettent pas une généralisation de ces résultats à une population de PMEC. La mesure a été constituée dans un souci d’exhaustivité, et s’applique concrètement à la réalité de toute PMEC qui détient une marge de crédit bancaire. 


 

The principal objective in this paper is to develop a liquidity measure adapted to the growth of small and medium sized enterprises (GSMEs), tested on a longitudinal panel of 49 GSMEs in the Canadian manufacturing sector over the period 1999 to 2006. Liquidity in term of financial slack is conceived as a joint condition of high cash and near-cash augmented with unused debt capacity and with the cash inflows and outflows, which are added to or subtracted from its total. As far as the liquidity component is concerned, stock and flow proxies have been variously used in the financial literacy. But theses proxies may be incomplete ; they cannot be good indicators of the business’ capacity to meet a payment particularly for the GSMEs. The choice of an incomplete proxy may induce the financial manager to wrong decisions. The effect can conduct the business to fail its payments and, ultimately, lead it to bankruptcy. A good proxy is a primary concern for the secure development of small or medium sized businesses. Different tests of correlation and regression analysis indicate that the LSI (Liquidity Stock Index) developed in this article represents the best measure of the future liquidity level of GSMEs. The tests for three years revealed that LSI squares between 47 % and 75 % when liquidity level is provided by stock and flow proxies. The characteristics of the sample and the limited number of observations do not permit a generalization for the entire population of GSMEs Canadian manufacturing businesses. The development of the LSI aims to create an exhaustive measure that can be used in practical issues by the firm’s financial managers. 

15,00 €
Revue Revue internationale PME
Numéro Vol.24 - 2011 (n°3)
Date de parution 2011
ISSN 0776-5436
Nombre de pages 324 pages
Format 155 x 230 mm

Autres articles du numéro :